Vous êtes ici : Accueil >>> PSYCHOLOGIE FEMININE >>> La comprendre >>>

Psychologie de la femme de 40 ans

Psychologie de la femme de 40 ans

C’est une quadra - Où en est-elle dans la vie ?

Alain Héril, psychologue et sexologue : - Chaque femme vit sa vie de façon unique. Mais on peut dire que souvent, à la quarantaine, une femme a perdu certaines illusions. Officiellement elle ne croit plus au prince charmant, bien que ceci mérite souvent d’être relativisé … Il n’est sans doute pas faux de dire qu’à la quarantaine une femme sait très bien sectoriser ses relations avec les hommes. Elle aura même tendance à affecter les hommes à certaines relations avec elle en fonction de ses choix à elle : confident, ami apprécié pour ses échanges intellectuels stimulants, amant … Le conjoint peut ainsi passer du statut de mari et d’amant à celui d’ami.

Souvent, la quadra s’ennuie …

Souvent en couple depuis longtemps, notre quadra a peut-être fait le tour de sa vie conjugale. Elle a généralement fait ses petits bouts de chou et en tire satisfaction. Son boulot est souvent en régime de croisière … Elle est sujette à une baisse de libido au sein de son couple, mais pas en général : Elle sait souvent très bien ce qu’elle désire. Ses attentes sont bien réelles, elle veut profiter de la vie et faire de nouvelles expériences sentimentales, sexuelles, et relationnelles en général. Même si sa foi dans l’existence du prince charmant s’est relativisée, elle continue à compter sur une rencontre avec un homme pour s’épanouir dans la vie. Elle aime l’idée de démarrer une belle relation avec un homme qui la fait se sentir pleinement femme, qui la fait (à-nouveau) vibrer.

Sa soif de relation intense est aussi liée à un trait de caractère assez féminin : La femme de quarante ans mise rarement tout sur le boulot, et parmi les femmes qui le font néanmoins un bon nombre le fait avec un enthousiasme assez moyen. Le carriérisme c’est moyennement leur truc, en général … Le féminisme et le principe constitutionnel d’égalité des sexes ne paraissent pas avoir changé grand’chose à la question. Pour une majorité de quadras, ce qui peut arriver de mieux c’est quand-même une belle rencontre avec un homme.

La perspective de la ménopause

Le témoignage du Docteur C, médecin généraliste à Thionville (Moselle) : - C’est très simple, quand je prononçais le mot « ménopause » devant une patiente qui avait la quarantaine ou la petit cinquantaine, je ne la revoyais plus jamais ! C’était une patiente de perdue, pour la vie ! Maintenant j’utilise des périphrases bien rôdées, je suis devenu prudent ! Plus sérieusement, cela signifie que la ménopause reste mal vécue par la majorité des femmes.

Pour la majorité des femmes ménopause = je deviens une vieille femme. L’idée que la ménopause est le seuil de la vieillesse reste très ancrée dans l’imaginaire féminin. Peut-être parce qu’on a toujours tendance à associer fécondité et sexualité. Cela en dit long sur notre société soi-disant libérée …

Quelle conséquence en tirer quand on est un homme ?

Une femme qui pense « ménopause » est une femme qui se met à douter de sa féminité, de sa capacité de séduction etc. Incroyable, non ? Hé bien si ! Ces sublimes quadras que nous croisons dans la vie, féminines, séduisantes, sexy … sont des femmes qui doutent d’elles-mêmes. Alors le pire qu’un homme puisse faire c’est d’évoquer la chose.

Ne dites jamais, JAMAIS : - Mais allez ne t’inquiètes pas, ce n’est rien, tu es sublime …Car elle entendra : - Pour une vieille, tu te défends encore pas trop mal. Pour l’instant.


 

Envoyer à un(e) ami(e)Imprimer cet article